Ce que Gwen voit.

-BWAAAAAA !

-TAAAAH ! cria Gwen.

On avait vu plus doux comme façon de se faire réveiller.

Gwen allait bien. Très bien. Il lui suffisait de s’imaginer qu’elle allait bien pour pouvoir l’être. Du moins jusqu’à ce que son fantôme ne la rappelle à l’ordre.

Elle arrivait à très bien s’en tirer, même si le fantôme avait déchiré la lettre de ses amis. Il ne recommencerait pas, de toute façon, si ? Sa résolution de parler à Netiah était partie en fumée quand Gwen l’avait réveillée dans la nuit en hurlant. Netiah lui avait alors jeté un regard froid et agacé, ce pourquoi Gwen ne se sentait pas de se mettre à lui raconter sa vie.

Bien. Bien bien bien. La situation était plutôt critique, son esprit embrumé parvenait bien à le comprendre. Que faire ? Ce fantôme la poursuivrait-il sans cesse jusqu’à la fin de ses jours ? Sa proposition était insensée… La paix en échange de son âme ? L’aube se levait à peine, et ses yeux avaient du mal à s’ouvrir. Elle se sentait nauséeuse, fiévreuse, affamée. La faim… Elle ne l’avait pas tellement ressentie jusqu’ici, mais ce matin, un grondement sourd émana de son ventre. Depuis combien de temps n’avait-elle pas mangé ?

Elle observa Netiah et Aloysa. La petite fille et sa mère ne s’étaient pas réveillées à son dernier cri, heureusement. Elles devaient être épuisées aussi. Gwen commençait à culpabiliser sérieusement de les déranger autant par ses cris d’effroi, de surprise, de fatigue. Elle se rendit compte qu’elle pleurait.

Soudain, le fantôme s’approcha tout près de son visage. Ses traits étaient chaque jour un peu plus affreux… Sa peau laiteuse se décomposait, ses yeux vides et transparents louchaient de manière absurde et impossible, lui conférant un air débile. Ses cheveux n’étaient plus que des mèches noires et rêches, emmêlées entre elles. Un air fou flottait sur son visage. C’était… effrayant. D’autant plus à un pouce de votre visage. Gwen n’eut pas la force de sursauter.

-Mais qu’est-ce que tu veux, chuchota-t-elle pour ne pas réveiller Netiah et Aloysa.

Il sourit.

-Tes yeux ! hurla-t-il. Donne-moi tes deux yeux !

Il lui plongea ses doigts fantomatiques dans la pupille. Gwen fut prise d’un terrible frisson, comme si on lui enfonçait des aiguilles glacées dans les yeux. Elle prit une immense inspiration, comme après une interminable apnée.

Le fantôme rit en penchant la tête en arrière. C’était drôle, drôle, drôle ! Il se sentait vivant.

Gwen se demandait si elle n’allait pas céder à la folie ambiante. Elle se sentait de plus en plus compressée dans cette petite cellule. Elle était impatiente que Netiah et Aloysa se réveillent. Ça lui ferait un peu de chaleur humaine. L’aube se levait à peine. Elle n’avait aucune envie de vivre cette journée. Elle aurait aimé la passer, comme toutes celles qui suivraient. En fait, elle se demandait ce qui la retenait. La vérité, c’est que si elle tenait encore le coup, c’était dans l’espoir de revoir un jour Nicolaï, Gaya et Lupan.

Le fantôme s’assit à côté d’elle, sans chercher à lui faire peur, pour une fois. Il lança, de sa voix éraillée :

-Il est loin, le temps du Livre des Choix, hein ?

Gwen eut le vertige. Elle ne devait pas écouter le spectre manipulateur. Elle ne savait pas de quoi il était capable. Il continua, un sourire narquois aux lèvres :

-Le temps où ton âme était entière ! tu avais toute ta tête…

-J’ai toute ma tête, j’ai toute ma tête… murmura Gwen au fantôme. Je te dis que j’ai toute ma tête.

-Quelle lucidité, en effet ! ricana le fantôme. Tu te souviens, du temps où tu pouvais réfléchir à un problème sans te demander si le problème existait réellement ?

-Tu n’existes pas, si c’est ce que tu insinues, je le sais, le problème n’existe pas. Tu es juste fictif, dans mon esprit. Ce n’est pas toi, le problème, c’est moi, mon cerveau te crée, mais tu n’existes pas.

-C’est là que tu te trompes !

Il se leva, et commença à rôder autour de Gwen, comme un professeur autour d’un élève :

-Un, je suis bien réel, Gwen, et ce n’est pas parce que je n’ai pas d’emprise sur la réalité que je n’existe pas. Deux, je suis totalement indépendant de toi ! Je suis un être à part entière, au même titre que toi. Seulement, nous sommes incomplets tous les deux, Gwen. Tu sais qu’on se ressemble beaucoup ? Il te manque une partie de toi, il me manque une partie de moi. On désire tous les deux la même chose, au fond : être entiers, récupérer une âme complète. On cherche le bonheur, la plénitude. Tu comprends ?

Gwen hocha la tête, un peu pataude. Elle était vraiment fatiguée.

-Quel dommage… Quel gâchis ! Si nous coopérions, nous pourrions nous échapper de cet endroit, retrouver Nicolaï, Gaya, Lupan, et partir loin du royaume, loin de la guerre, une bonne fois pour toutes. Tu n’as pas envie de pleurer tes morts en paix ? Après, tu pourrais te reconstruire, et nous serions un seul tout, plus des fragments d’esprit.

-Tu mens…

-Bien sûr que non. Il suffirait de rejoindre mon enveloppe, de devenir un fantôme, et notre âme serait à nouveau entière. Comme avant.

-Il ne faut pas…

-Mais pourquoi, Gwen ? Pourquoi ? Quel problème cela poserait-il ?

-Je… je…

-Gwen ?

Gwen tourna la tête vivement :

-Oui, Netiah ?

Le femme l’avait appelée, réveillée. Elle n’avait pas l’air très en forme. Un borborygme s’échappa de son estomac vide, Gwen ne releva pas, bien sûr. Des cernes entouraient ses yeux. Elle n’avait plus l’air aussi amical qu’au début. Peut-être commence-t-elle à mesurer les inconvénients de vivre en cohabitation avec une folle, pensa Gwen.

Netiah soupira.

-Rien. Je suis épuisée, c’est tout.

Gwen ne savait pas quoi répondre. Elle était plongée dans son monde, un monde un peu flou, comme détaché de la réalité.

-Tu sais, Gwen, il n’y a personne, dans ta cellule, reprit-elle.

Gwen avala sa salive. Netiah se frotta ses yeux gonflés en soupirant.

-Je ne sais pas ce qui se passe lorsque tu te mets à monologuer, mais c’est… un peu gênant. Tu comprends, j’imagine.

-Vous ne savez rien.

-Je me doute. Mais si tu pouvais…

Il y eut un silence.

-Je ne sais pas. Laisse tomber.

Et Netiah se retourna contre le mur et entreprit de se rendormir. Le fantôme regarda Gwen d’un air narquois.

-Cela serait facile si je n’existais pas, hein ?

Gwen le regardait en écarquillant les yeux. Il était si réel.

-Tu dois faire corps avec toi-même, Gwendoline. C’est le destin de tout être. Personne ne vit coupé d’une partie de lui.

-Mon destin… répéta Gwen. Ce serait si facile.

-Si simple.

-Et pourtant…

-Je vais te faire mourir ! Je vais te pourrir, infester ton cerveau, jusqu’à ce que tu craques, te harceler, occuper toutes tes pensées. Meurs.

-Non… Arrête…

-Tu acceptes de te réintégrer ?

-Tout ce que tu veux.

-C’est un oui définitif ?

-Oui, non, oui…

-C’est oui.  C’est bien.

    Il n'y a pas encore de suite à ce texte...
    Un lecteur plein de talent et d'idées passera peut-être par ici... :-)

Vous devez être connecté pour publier. Se connecter



ID : 42080Rang : 41
VN:R_U [1.9.22_1171]
Evaluez ce passage.
Note : 3.5/5 (4 votes)


Écume d'une plume
48.0cm

Ecume d'une plume est une fille qui aime beaucoup écrire et dessiner. Elle fait également la cuisine à ses heures perdues, la quiche lorraine étant sa spécialité. Elle essaye de faire des histoires simples à comprendre, mais se retrouve toujours avec quarante personnages sur les bras... En même temps, on ne suit pas facilement une Balance. Elle ne sait pas trop ce qu'elle aimerait faire plus tard, ce qui lui pose un problème lors des grands repas de famille, quand on lui pose la question.

Publié dans Projet 2
6 commentaires
  1. Miss Gurbar

    39 338

    Miss Gurbar :

    Ca faisait longtemps que j’attendais cette suite et je suis conquise ! J’ai hâte de savoir ce que va devenir Gwen…

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)
  2. Ripmyskin

    0 45

    Gagman10 :

    je trouve tes textes un peu longs, ça pourrait les lecteurs, sinon :mrgreen:

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)
  3. Ripmyskin

    0 45

    Gagman10 :

    ça pourrait décourager les lecteurs de lire

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)
  4. Ce Li

    7 100

    Ce Li :

    Je suis pas d’accord. Ses textes sont longs mais toujours de qualité: moi je les dévore en entier sans problème! Et une fois que c’est fini je suis pressée d’être à la suite! :D

    VN:F [1.9.22_1171]
    +1 (1 vote)

  5. 4 9

    plume de colibri origami :

    pareil, c’est trop bien, j’ai hâte d’avoir la suite!!! :D :love:

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)
  6. Écume d'une plume

    74 347

    Écume d'une plume :

    Merci tout le monde ! :waouh:
    Chacun ses goûts Gagman ;-)

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)

Laisser un commentaire