Cher Zack CHAPITRE 3

CHAPITRE 3

Je ne sais pas quel jour on est, ni l’heure. Je n’ai donc pas rêvé. Ma mère n’est plus ici, et je suis à l’Hôpital. J’ai faim, et soif..

Quelqu’un entra dans le chambre.

*Yukiatsu – Kayo. Ça va un peu mieux ?

*Moi – Je ne sais pas.

*Yukiatsu – Tu m’étonnes pas. Je t’ai pris à manger, ça fait plusieurs jours que tu n’as pas mangé un vrai repas, et bu correctement. Le Docteur Gaku t’en donné quand tu étais dans le coma, enfin j’en sais rien, je comprends pas trop.

*Moi – Merci Yukia..Yukiatsu.

*Yukiatsu – Dis-moi c’est peut-être très indiscret mais.. comment tu fais pour être paisible, comme ça ?

*Moi – Je déteste ma mère. Ça ne me fait ni chaud, ni froid qu’elle ne soit plus en vie. Je n’ai pas de sentiment à propos de ça.. je ne sais pas quoi penser.

Il va me trouver beaucoup trop étrange. C’est vrai ça. Pourquoi je n’ai aucun sentiment suite à cette horreur ? C’est ma mère. Mais ma mère me faisait comporter comme un chien. Je suis un être humain. Je ne suis pas une poupée. La mort de ma soeur a fait perdre la boule à ma mère.

*Yukiatsu – Je vois… Pourquoi détestes-tu ta mère Kayo ? Tu sais.. tu n’es pas obligée de me le dire, mais ça m’inquiète maintenant que tu dis ça. Comment ta mère s’est retrouvée comme-ça ?

Il faut que je lui raconte. C’est la première fois que je peux dire la vérité, et pas mentir. C’est un jour très particulier.. Je décide de lui raconter, toute ma vie. Ce n’est pas un psychologue je sais, mais.. j’ai besoin de le dire. Je me souviens de tout maintenant, et ma vie n’a plus vraiment d’importance. Je n’ai plus de famille, ma tante et exactement pareille que ma mère, je ne sais même pas à quoi ressemble ma tante, vu que ma mère m’enfermait quand elle rentrait à la maison.

Yukiatsu ne sait plus quoi dire. Il lâche des larmes. Pourquoi pleure-t-il ? Je me frotte les yeux, et je vois que moi aussi, je pleure. Qu’est-ce qui m’arrive ? Et Yukiatsu ?

*Yukiatsu – Pourquoi n’as-tu jamais raconté cette histoire à un psychologue ou bien.. dis tout ça à la Police ou un truc genre.. enfant battu, je ne sais pas, j’y comprend pas trop ces choses-là..

*Moi – Je ne pouvais pas. Je n’avais pas de téléphone, je ne pouvais pas sortir de chez-moi, je ne pouvais rien faire. Ma mère était capable de me tuer, tu sais, elle est complètement folle depuis la mort de Harmonie, ma soeur.

*Yukiatsu – Et toi, à la mort de ta soeur, qu’as-tu ressenti ?

Ses mots résonnent dans ma tête. Qu’avais-je ressentis ? La solitude ? La tristesse ? La haine ? J’en sais rien. La solitude, car il n’y avait qu’elle à mes yeux, on se disait tout, se partageait tout, ne se disputait jamais, aller partout ensemble. Ce qui mène vers la tristesse ainsi, et pourquoi la haine ? Si elle se serait suicidée, elle m’aurait donc abandonnée volontairement, n’est-ce pas ? Je ne saurai jamais quoi ressentir, car je ne saurais peut-être jamais comment elle disparu.

*Moi – Je sais plus. J’aimais ma soeur..

*Yukiatsu – En voyant la manière dont tu me raconté l’histoire, ça se voit vraiment que tu l’aimais plus que tout et qu’il n’y avait qu’elle à tes yeux. Moi aussi, j’ai une soeur qui est un peu plus petite que moi. Je l’accompagne toujours en cours, c’est ce que souhaite ma mère. Elle regarde toujours les informations, et beaucoup de personnes perdent la vie ces jours-ci, dans toutes villes, et la notre en comptant ta mère ce mois-ci, ça fait la 21ème personne. Alors que, tu vois bien que le mois vient de commencer.

C’est quoi ça ? 21 personnes au ciel, depuis le début de ce mois ? On est le combien ?

*Moi – On est le combien ?

*Yukiatsu – Samedi 7 septembre.

Une semaine est passée et.. attends, ça parait improbable. Enfin.. peut-être que si.. je ne regardais jamais la télévision, je ne lisais pas les journaux, je ne savais rien de ce qu’il se passer autours de moi, en fait.

*Moi – Comment est-ce possible..

*Yukiatsu – Ma mère m’avait dit qu’il y avait un tueur en série qui vit on ne sait pas où. Tout le monde est au courant de ça, pas toi ?

*Moi – Mes amies m’ont jamais parlé de quelque chose de tel. C’est impossible.

*Yukiatsu – C’est normal qu’on t’a jamais parlé de ça. C’est plus que dangereux ! Tu ne connais pas la légende ? Vraiment pas ?

*Moi – Je ne sais pas de quoi tu parles.

*Yukiatsu – Je ne peux pas t’en parler. Mais tout le monde entier connaît cette histoire.

*Moi – Mais comment le monde entier connaît-elle cette histoire si personne ne peut en parler !

Yukiatsu me dit que chacune des maisons à reçu dans sa boites-aux-lettres une sorte de « livre » de quelques pages disant la soit-disant légende. Ça ne m’étonne même pas de ne pas l’avoir eux, ma maison est cachée, et nous n’avons même pas de boites-aux-lettres.

*Moi – Il me faut ce soit-disant « livre ». Je dois le lire absolument !

Il resta silencieux. Je me pose une question, que vais-je faire après ? Je ne vais pas rester ici toute ma vie. Où est-ce que je vais vivre ? Je n’ai plus de chez moi, à présent. Je vais être livré en famille d’accueil ? Le collège, alors ? Kenya ? Hermione ? Satoru ? Airi ? Rei ? Ils sont devenu quoi ? Ils doivent s’inquiéter pour moi. « Réponds-moi ! » ai-je répété à Yukiatsu. Il soupira.

*Yukiatsu – Ma soeur l’a sans-doute gardé. Elle aime jouer au détective avec sa bande d’amies. Elle a beau être en 3ème, elle veut arrêter ce type. Sacrée Hermione.

*Moi – Hermione ? Elle a le prénom d’une de mes amies, dans mon groupe.

*Yukiatsu – Elle a les cheveux long, châtain et elle adore lire. Elle est assez réservée, et elle est au collège « Rutzuki Zatia »

*Moi – Hermione Hizumi ?!

*Yukiatsu – C’est ma soeur! Comment tu connais son nom de famille ?!

C’est le frère d’Hermione. Dieu est passé par ici. Je vais pouvoir sortir d’ici, et voir mes amies. Je lança un sourire. Un sourire après tout ce qu’il s’est passer. Je pense que quand je parle de mes amies, ou de me dire que je vais les retrouver, c’est la plus belle chose de monde.

 

A SUIVRE

Vous devez être connecté pour publier. Se connecter



ID : 45510Rang : 3
VN:R_U [1.9.22_1171]
Evaluez ce passage.
Note : 5.0/5 (1 vote)


Livai
2.45cm
L'auteur :

J'ai seulement 14 ans, alors les fautes d'orthographe, c'est pas ma faute, hein ?

Publié dans Projet 3

Laisser un commentaire

Connexion
Dernières illustrations