Eroïzu- Tome 1

Un jeune garçon partit dans une bibliothèque. Il prit un livre et commença à le lire…

Dans le Pays d’Astrid, il n’y avait que des Elfes. Parmi eux, il y avait les Elfes normaux, mais il y a aussi les Elfes avec des pouvoirs magiques. Ceux qui en avaient, devaient se réunir tous les 6 ans à L’arboré Elémenta. Une jeune Elfe du nom de Eroïzu (Éloïse en Japonais) fait parti de cette école qui apprend à contrôler sa magie. En 6 ans, elle est devenue la plus forte de son école et a reçu le pouvoir d’utiliser sa magie où elle le veut. Elle rentra chez elle pour se reposer. Le lendemain, elle partit à la découverte du portail de Cylana. Elle était accompagnée de sa meilleure pote, Shibori (Iris en japonais) qui a elle aussi les pouvoirs élémentaires. Le problème de cette aventure, c’est qu’elles ne savaient pas où se trouver ce portail et ni où il allait les emmener. Mais, elle trouvèrent facilement le portail. Ce qui était le plus bizarre c’est que peu de personne n’en revenait, mais le pire c’est que, ce qui en revenait disait que cela était difficile d’en sortir. Les filles étaient inquiètes à l’idée de ne peut-être pas revenir. Eroïzu demanda à Shibori:

« -Qui y va en première ?

-Je sais pas.

-On y va ensemble ?

-D’accord à 3. 1…2…3 ! »

Les deux filles entrèrent dans le portail. En en sortant, elles ne se retrouvèrent pas. Eroïzu la chercha pendant un long temps, mais ne la retrouva pas. Quant-elle chercha, elle trouva ce monde très bizarre. Il n’y avait de ce qui avait chez elle. Il n’avait pas beaucoup de plantes, ni de fleurs volantes pour se déplacer mais plutôt des choses bizarres avec des roues et un toit et ça ne volait pas. Les animaux étaient attachés et promenés par des humains. Il n’y avait aucun elfe. Elle voulu utiliser ses pouvoirs de l’élément de la Terre pour se transporter jusqu’à une rivière. Mais quand elle voulu le faire, elle ne réussit pas. Elle comprit aussi alors, que dans ce monde et cette autre planète, il n’y avait pas de magie. Cette fille, au bout de la rue, l’espionnait. Quand elle a vu cette fille l’espionner, elle fit semblant de rien. Le soir venu, elle s’endormit das une ruelle sombre et lugubre. Une petite voix la réveilla, elle sursauta. La petite voix lui dit:

« -Ton amie n’est pas loin, dans le vaisseau tu la trouveras…

-Hein ?! Quoi ? Qui êtes-vous ? Répondez !

-Ton amie n’est pas loin, dans le vaisseau tu la trouveras…

-Non ! Ne partez pas ! Attendez ! »

La petite voix partit en chantonnant sa phrase. Eroïzu ne dormit pas de la nuit. Au lever du soleil, elle partit à la recherche du fameux vaisseau. Pour elle un vaisseau, c’était un bateau volant. Elle partit demander au gens à côté d’elle où se trouve un aréovolant. Les gens à qui elle demanda ne connaissaient pas ce qu’était un aréovolant. Les aréovolants sont des aéroports mais pour les bateaux volants. Elle demanda alors, ou peut-on trouver un bateau. Les habitants compris maintenant se qu’elle voulais dire. Ils lui on dit le chemin:

« Continuer tout droit, puis tourner à gauche puis à droite. Vous trouverez un arrêt d’autobus et il faudra descendre à la station « plage de la sirène ». Si vous ne trouver pas votre chemin demander aux passants ! »

Eroïzu partit tout de suite à la recherche de son amie. elle continua tout droit, tourna à gauche et puis à droite. Mais par contre, elle ne savait pas qu’est-ce que était un arrêt d’autobus. Elle trouva un toit avec au-dessus marqué « Autobus ». Les arrêts étaient destinés à aller  » arrêt: Furytolu sur mer, Saint-Le-marchois, Le grand bleu, Imakassémamoto, Le-ioutubeurreux, Siprian, plage de la sirène ». Elle entra dans le prochain autobus. Elle trouva ça bizarre. Ça ne volait pas, ça bougeait. Le pire c’est qu’il ne s’arrêtait pas quand on le voulait ! Il laissait les autres monter et s’installer. Quand enfin, le bus annonça « la plage de la sirène », Eroïzu descendit de l’autobus. Elle arriva sur une plage où, juste à côté, il y avait des bateaux. Elle entra dans l’un d’eux et demanda qu’on la fasse survoler la ville. Les moussaillon ne comprit rien de ce qui se passait. Ils la repoussèrent en dehors du bateau et lui dit d’aller voir ailleurs. Elle reparti au point de départ. Et essaya par tous les moyens d’utiliser sa magie. Elle ne comprit pas qu’elle était le vaisseau que la voix disait. Puis soudain, elle réentendit la voix:

« -Le vaisseau n’est pas celui que tu penses…Le vaisseau n’est pas celui que tu penses…

-Quoi ?! Pas celui que je pense mais qu’est-ce que c’est ? Aide-moi s’il-te-plait !

-Trouve une voiture, elle sera dedans… Trouve une voiture, elle sera dedans….

-Je te remercie petite voix mais qui es-tu ? »

La petite voix parti sans rien dire. Elle reparti demander aux personnes qu’est-ce qu’une voiture ? Dans son monde, elle n’avait pas de voiture. Un vieille homme lui répondit:

« -Une chaussures ? Vous ne savez pas qu’est-ce qu’une chaussure? Vous n’en portait pas à vos pied ?

-Non monsieur, une voiture. UNE VOITURE.

-Oh ! Une morue ? Je ne peux… »

Elle reparti sans écouter la fin de la phrase du vieille homme. Elle partit demander à un bébé. celui-ci ne répondait que par « gaga » ou parfois « areuh ». Cette fois-ci, une jeune femme lui vient en aide. Elle pointa une voiture du doigt. Eroïzu partit voir les personnes qui étaient dans la voiture. Mais en route, la voix l’interrompit:

« -Ne vas pas à celle là… La voiture que tu veux est rouge… L’ombre la possèdera dans pas longtemps…

-Quelle ombre ?

-Celle du tueur du portail de Cylana….

-Oh non ! Vite dit-moi où elle est!

-Vas dans l’ombre du container…Au bout de la ville…. Vas dans l’ombre du container…. Au bout de la ville…..

-Mais pourquoi tu ne m’indiques pas où est exactement ce container ? Je n’aime pas forcément les énigmes… »

La voix ne répondit à rien et laissa Eroïzu toute seule dans son pétrin. Elle partit à toute allure vers la plage. Elle demanda où pouvait-on trouver des containers… Les personnes lui indiquèrent l’ouest de la plage. Elle partit en cette direction. Eroïzu n’avait pas oublié l’histoire de l’ombre. Quand elle arriva à l’endroit indiqué par les passants, elle vit une centaine de containers et trois voitures rouges. Soudain, on vit une personne arriver au loin, ou plutôt une lumière… La fille lumière lui dit:

« -Ne t’inquiète pas, c’est moi, la voix que tu entendais à chaque fois. Je m’appelle Kamiyu (Camille en japonais). Je suis un esprit des mondes des Elfes. J’ai été capturée par le portail de Cylana. Je suis morte de faiblesse et je suis devenue un esprit. Je protège et préviens les nouvelles personnes qui arrivent du portail. Je ne pouvait que parler en énigme…

-D’accord ça fait beaucoup à encaisser… Mais c’est pas vous êtes l’ancienne Elfe Élémentaire qui a disparu il y a 6 ans ?

-Oui… Je ne pouvais pas pour l’instant te le dire. Mais comme tu en es arrivée là je peux te le dire.

-Comment puis-je sauver mon ami ?

-Tu dois choisir une de ses voitures. Dans l’une d’elle se trouve ta copine, dans les deux autres se trouve la mort.

-Ok, ça annonce le programme…

-Tu n’as pas le droit à l’erreur…. »

Kamiyu reparti. Eroïzu ne savait pas quoi faire. Sous la panique, elle se mit à pleurer et à penser à tous les bons moments passer avec Shibori. 5 Minutes après, elle se décida à choisir une voiture. Elle ouvrit la porte de la troisième et en sorti Shibori. Elle se firent un gros câlin quand la voix apparu pour la dernière fois.

« -Bravo Eroïzu. Comment as-tu fais pour trouver la bonne voiture ?

-Mes oreilles d’elfe m’ont aidéee, elles portent loin. Et aussi, on voyait que la porte était mieux fermée que les autres… ^^

-Personne n’avait réussi avant toi.

-Que va devenir le portail? demanda Shibori.

-Il va se détruire, reprit Kamiyu. Personne n’aura de problème à cause de ce portail et tout ça grâce à vous les filles.

-Et toi ? Tu vas faire quoi maintenant ?

-Je ne sais pas. Je pense que je partirai vers l’au-de-là …

-Non, s’il-te-plait. Tu nous a tellement aidé ! supplia Eroïzu. »

Soudain une lumière apparu autour de Kamiyu. Les filles ne comprirent pas ce qui se passait. Puis la lumière se répandit partout ramenant les trois filles à Astrid:

« -Kamiyu, tu es vivante !!! s’exclama Eroïzu.

-Ou…oui. C’est très bizarre.

-Le plus important c’est que tu sois là ! Ne nous posons pas de questions ! reprit Shibori.

-Mais alors, qui sera l’Elfe Élémentaire ? demanda Eroïzu.

-Je n’ai plus rien à faire en temps qu’elfe Élémentaire. Je te laisse ce poste Eroïzu, tu le mérites amplement !

-Je ne veux pas être toute seule dans cette aventure, mais plutôt que Shibori vienne avec moi !

-Merci beaucoup Eroïzu… »

C’est comme ça que ce termina l’histoire d’Eroïzu…

 

FIN

 

 

 


 

 

 

 

 

 


		
	
	
	
     			

		    
    Il n'y a pas encore de suite à ce texte...
    Un lecteur plein de talent et d'idées passera peut-être par ici... :-)

 

 

 

 

 

 


">
			
									
							
			

Vous devez être connecté pour publier. Se connecter



ID : 45668Rang : 1
VN:R_U [1.9.22_1171]
Evaluez ce passage.
Note : 4.0/5 (1 vote)


ErzaScarlet
7.24mm
L'auteur :

Publié dans Projet 3
1 commentaire
  1. Ce Li

    7 107

    Ce Li :

    Tu mets « fin », mais il y a une suite comme c’est le tome 1, non? Cela porte à confusion. En tout cas, c’est très bien écrit et on a vraiment envie de continuer la lecture pour découvrir la suite. :D

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Connexion