Le traité divin Chapitre 2

Chapitre 2: La flamme

Je repris connaissance deux jours plus tard, dans un endroit qui m’était familier. J’étais allongé sur le canapé qui me sert de lit. Une lueur d’espoir s’alluma alors en moi. J’essayais de m’obliger à croire que ce n’était qu’un rêve et que comme tous les matins, je me suis réveillé, je vais aller prendre mon petit déjeuner rudimentaire composé d’une pomme, d’un morceau de pain et de lait frais de Mme Agière, la fermière du village. Mais malheureusement, quant je leva la tête, j’aperçus sur la table des tonnes de pâtisseries, de cadeaux et une tenue noire … Une tenue de deuil… Sage était bien mort…

Un message attira mon intention. Je le ramassa et lut ce que je ne voulait lire…

On m’invitait à un enterrement… Celui de Sage.

Je voulais enquêter sur la mort de Sage avant l’événement qui me donnait mal au ventre et à la tête mais il était prévu le jour même à 11 heures précises. Et il était 10 h 48. Je me dépêcha d’enfiler les vêtements noirs, de me faire une toilette rudimentaire et à 10 heures 55 j’étais fin prêt pour cet événement funèbre.

Je me dirigeais alors vers la chapelle quand soudain deux jeunes lycéens m’arrêtèrent et me plaquèrent contre le mur.

-Liam, dit le plus vieux, mon petit j’ai appris la triste nouvelle, c’est vraiment dommage… Mais ça veut dire que le vieux nous empêchera plus de te voler, hein microbe.

L’autre ricana et, pendant que l’autre me tenait fermement, me fit les poches.

-Oh, mais tiens, dit-il en me volant la monnaie , c’est de l’argent ça! Tu sait pourtant que cette rue nous appartient et que toute monnaie qui passe ici atterrit dans ma poche!

-Rends moi ça tout de suite, dit-je entre mes dents.

-Tu me donne des ordres p’tit, tu sais ce que je vais te faire?

-Rends moi ça! dis-je plus fort.

Je devenais rouge et j’avais du mal à me calmer, d’une minute à l’autre j’allais exploser moi qui était si calme d’habitude.

-Non, c’est à moi maint’nant!

Et il m’envoya un coup de point d’une telle puissance qu’il m’envoya valser à l’autre bout de la rue.

J’hurla de douleur et lui sauta dessus en donnant toute ma rage dans mon coup.

Tout alla si vite que je ne rendis pas compte de ce que je venais de faire.

Une flamme apparut dans ma main…

Et faillit brûler la racaille qui ressemblait maintenant plus à un petit enfant devant un chien qui montre les dents.

Malheureusement l’élan que je pris m’avait drainé de mes forces et je m’écroulais sur le bandit avec la flamme toujours dans ma main et ce bandit commença à se consumer.

    Il n'y a pas encore de suite à ce texte...
    Un lecteur plein de talent et d'idées passera peut-être par ici... :-)

Vous devez être connecté pour publier. Se connecter



ID : 43123Rang : 1
VN:R_U [1.9.22_1171]
Evaluez ce passage.
Note : 4.0/5 (2 votes)


louskoff
1.23cm
L'auteur :

Bonjour à tous, Je mettrais sur ce site des petites histoires fantastiques. J’espère que cela vous plaira!!! Merci

Publié dans Projet 3
1 commentaire
  1. on m'appelle l'ovni

    9 49

    nonoah1 :

    C’est cool!

    VN:F [1.9.22_1171]
    0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Connexion
Previously, in the Labyrinth
Dans Le livre :
Dans Le Manoir :
Dans Les reliques :
Dans Le prisonnier :
Dernières illustrations
Derniers commentaires